Site Web de Quadrature

Vous pouvez également consulter le site de la revue à l'adresse suivante :
http://www.quadrature.info/

samedi 29 août 2015

L'information

Les éditions Cassini viennent de publier l'ouvrage "L'information" par James Gleick (traduction de The Information: A History, A Theory, A Flood). L'information a remporté en 2012 le PEN Literary Science Writing Award ainsi que le Royal Society Winton Prize, soit la plus haute récompense mondiale pour un livre de culture scientifique écrit à l'intention du grand public. Il a été vendu à 125 000 exemplaires aux Etats Unis et a été traduit en quinze langues. Les héros de ce livre sont Shannon et Turing, ainsi que Gödel, Babbage et Ada Lovelace





L'information : l'histoire – la théorie – le déluge  par James Gleick. (Traduit de l'anglais par Françoise Bouillot.)
416 p., broché, 15,5 x 24 cm. ISBN 978-84225-203-8. 24,00 €.


Claude Shannon
    











jeudi 27 août 2015

Math Park et Rugby

En ouverture du premier match de la France dans la coupe du monde de Rugby, le séminaire MathPark et Jérôme Pérez vous proposent de faire le tour de la physique du rugby: il y a aura de l'effet Magnus, des graphes de Feymann, de la combinatoire... Bref la physique avant le physique. On regardera ensuite le match France-Italie!


Même si le contenu est riche, l'exposé (19:30 à l'IHP) sera accessible pour des lycéens donc en plus de vos étudiants, vous pouvez faire de la pub auprès des plus jeunes!

N'oubliez pas de signaler l'inscription à la page
http://www.ihp.fr/fr/seminaire/mathpark-programme

L'excellence pour tous

Alors que la ministre a dit « J'écouterai, j'expliquerai, je répondrai, mais je mettrai en œuvre cette réforme »,  il est urgent de relire et de diffuser l'avis de l'Académie des Sciences dont on peut lire ici la position sur la réforme du collège :
www.academie-sciences.fr/pdf/communique/avis_280515.pdf
Résultat de recherche d'images pour "bonnet d'ane"

mercredi 26 août 2015

René Gateaux

Vient de paraître dans Statistical Science (http://projecteuclid.org/current/euclid.ss ) l'article The Ghosts of the Ecole Normale, étude historique que L.Mazliak a consacrée à René Gateaux (1889-1914), précurseur des travaux de N.Wiener et P.Lévy sur le mouvement brownien, mort pendant la Première Guerre mondiale.

dimanche 23 août 2015

Journées APMEP 2015

Les Journées nationales 2015 de l’APMEP auront lieu à Laon (Aisne) du 17 au 20 octobre.
Le « bithème » retenu est : « Les maths, quelle histoire ?! ». Il évoque bien sûr l’histoire des mathématiques et leur place dans l’enseignement, mais aussi les différents ressentis vis-à-vis de cette discipline, d’où la double ponctuation «  ?! ».
http://www.cfem.asso.fr/manifestations/APMEP-2015
Journées APMEP 2015

samedi 22 août 2015

Quatrième forum Mathématiques entreprises

Quatrième forum Mathématiques entreprises
http://forum-emploi-maths.org/
Vous recrutez des mathématiciens ? Vous cherchez un emploi ? 

Entreprises, étudiants, chercheurs : inscrivez-vous au 4eme Forum Emploi Mathématique, le 2 décembre à la cité internationale, Paris 14eme

Accueil

vendredi 21 août 2015

Condorcet et la quadrature du cercle

Ce sera le thème de la conférence de Marie JACOB (Observatoire de Paris) - 
dans le cadre de la deuxième journée d'études du
Vendredi 6 novembre 2015
à l'UNIVERSITE DE LA ROCHELLE
Amphithéâtre du Pôle Communication Multimédia et Réseaux
44, avenue Albert Einstein
17000 La Rochelle


Cette journée est consacrée à la correspondance scientifique du savant. 
*Université de La Rochelle
<http://www.univ-larochelle.fr/IMG/pdf/2014_plan_campus-universite-la-rochelle-2.pdf>*

Amphithéâtre du Pôle Communication Multimédia et Réseaux
<http://www.univ-larochelle.fr/IMG/pdf/2014_plan_campus-universite-la-rochelle-2.pdf>

Abstract :
Condorcet et la quadrature du cercle
à travers sa correspondance.

Posée dès l’Antiquité, la quadrature du cercle
consiste à mesurer le cercle à l’aune du carré.
Cependant, l’impossibilité de ce problème ne
sera établie qu’au XIXe siècle. C’est pourquoi,
durant plus de deux mille ans, les hommes vont
produire des solutions fausses, plus ou moins
savantes. Le XVIIIe siècle voit fleurir ce phénomène,
si bien qu’en 1775, l’Académie des
sciences prend, sous l’impulsion de D’Alembert
et Condorcet, la décision arbitraire de ne plus rien
examiner sur le sujet.
Dans ce contexte, nous proposons d’étudier
comment ce problème intervient dans la correspondance
tant publique que privée de Condorcet.
En effet, devenu secrétaire perpétuel de
l’Académie des sciences en 1776, il reçoit encore
des lettres proposant des solutions. Dans sa
correspondance privée, il évoque plus familièrement
la question. A travers tous ces documents
nous donnerons à voir un savant et un homme
des Lumières face à une question mathématique
qui sort de son cadre épistémologique naturel
pour devenir un phénomène de société.
Visuel

mercredi 19 août 2015

Mémoires d'Outre maths (V - fin)

Pour finir, deux exercices tirés du Bezout, plus spécialement destinés aux futurs gardes
de la marine, et que F.R. de Chateaubriand a certainement cherchés ::
Ils sont tirés du chapitre sur la règle de trois.
 Un navire a fait, avec un même vent, 275 lieues en trois jours ; on demande en combien de temps 
il en feroit 2000, toutes les autres circonstances demeurant les mêmes ?

Et voici comment se serrer la ceinture  :
Un équipage n'a plus que pour 15 jours de vivres ; mais les circonstances 
doivent lui faire tenir encore la mer pendant 20 jours ; on demande à combien on doit 
réduire la totalité des rations par jour ? .
Pour illustrer ce billet, un souvenir de La Pérouse, brillant officier, que Chateaubriand a pu admirer
lors de son séjour à Brest : "Mon oncle me montra La Pérouse dans la foule, nouveau Cook
 dont la mort est le secret des tempêtes", ce qui nous permet de finir cette série en savourant le
style de l'écrivain.


https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/c/c7/Combat_naval_de_Louisbourg_1781.jpg
L'astrée, navire de La pérouse au combat naval de Louisbourg

lundi 17 août 2015

Mémoire d'Outre-Maths (IV)

Quelles mathématiques a donc étudiées Chateaubriand ?
Il parle de connaître son "Bezout" sur le bout du doigt...
Il nous faut donc nous référer à l'ouvrage Cours de Mathématiques à l'usage de la marine et de l'artillerie (cf. photo).
Notre exemplaire date de 1827, alors que Bezout est mort en 1783,
à peu près à l'époque où il aurait du examiner le Vicomte de Chateaubriand.... Son livre est resté longtemps au programme des
écoles militaires, pendant l'empire et après.
Qu'y trouve t'on ? Nous nous bornons ici à feuilleter le premier volume.
Bezout a le bon sens de reprendre les notions à la racine : "On appelle en général quantité tout ce qui est susceptible d'augmentation ou de diminution" (un prix, un poids par exemple). Quant à l'arithmétique à laquelle ce premier
volume est consacré : "L'arithmétique... ne considère les quantités
qu'en tant qu'elles sont exprimées en nombre".  Il apprend ensuite avec patience à ses lecteurs à lire les nombres : "ainsi pour indiquer huit cent cinquante neuf qui contiennent huit centaines, cinq dizaines, et neuf unités, on écrira 859" !
Il apprend ensuite à utiliser la virgule, additionner, soustraire, multiplier, diviser (d'abord par un nombre à un chiffre). Il passe ensuite aux nombres "complexes" (au sens de compliqués par un système d'unités peu pratique).
Dificile de résister au plaisir de vous poser une khôlle tirée du Bezout :  
"57 toises 5 pieds 5 pouces d'ouvrage ont été payés 854 livres 17 sols 11 deniers; on demande à combien cela revient la toise". Eh bien, François René de Chateaubriand vous aurait donné la réponse :
C'est (à peu près) 14 livres 15 sols 3 deniers (et 1833/4169 deniers pour être tout à fait exact).
Mais la marine dans tout ça me direz-vous ? 

Une petite indic : la longueur de travail est en fait égale à 4169 pouces !!!

dimanche 16 août 2015

Mémoires d'outre-Maths (III)

En avril ou mai 1782 donc, Chateaubriand part pour Brest. Mais il  n'y trouve pas son brevet d'aspirant
(que son frère aîné avait essayé de lui obtenir) et reste donc soupirant. Il est toutefois présenté au Compte d'Hector, chef d'escadre. Ce refus du brevet, dut causer à Chateaubriand une grande déception, car en février et mars 83, il s'était remis à préparer
l'examen, comme en témoigne sa correspondance et ce passage : " ...je me renfermai dans mon instict
solitaire. Ma société habituelle se réduisit à mes maîtres d'escrime, de dessin, et de mathématiques". On ne trouve pas son nom sur les listes des candidats qui furent examinés en 1783 et 1784 par le mathématicien Bezout.  A l'inverse de son ami Gesril, qui était lui garde de la marine depuis 1781, et dont on trouve plusieurs fois le nom dans la liste des candidats examinés. Il part au collège de Dinan terminer ses "humanités" (il n'est plus question de maths) puis revient chez ses parents à Combourg.
https://georgesnoel.files.wordpress.com/2010/11/garde_de_la_marine-2-9d491.jpg
(Garde de la Marine - Source Ecole Navale)

vendredi 14 août 2015

Mémoires d'Outre Maths (II)

Nous avions laissé Chateaubriand au collège de Dol. Pour sa
formation il s'en remet dans son jeune age à son père, qui le voit
marin et lui fait donc faire des études "utilitaires" pour qu'il réussise l'examen
d'entrée à l'Ecole des gardes de la Marine.
En Octobre 1781, Chateaubriand donc rentre au collège de Rennes. il y passe
toute l'année scolaire 81-82 et probablement le premier trimestre de l'année suivante.
"Je ne tardais pas à partir pour Rennes: j'y devais continuer mes études et clore
mon cours de mathématiques, afin de subir ensuite à Brest l'examen de garde-marine".
C'est maintenant un adolescent (né en 1768, il a entre treize et quatorze ans) mais lui et ses camarades se
conduisent comme une bande de galopins, et s'affrontent en combats où
en guise d'épées "nous nous servions de compas de mathématiques attachés au bout d'une canne" !
 Résultat de recherche d'images pour "chateaubriand"
Magré tout, il arrive à étudier et à faire des progrès, qu'il nous raconte avec sa
modestie habituelle : "Je devins fort en mathématiques, pour lesquelles j'ai toujours eu
un penchant décidé : j'aurais fait un bon officier de marine ou de génie..."
Il ne lui reste plus qu'à se présenter au concours...

Statue de Fourier


La ville d'Auxerre a lancé une souscription pour refaire la statue de Joseph Fourier ::
http://www.ccstib.fr/wp-content/uploads/2015/03/Fourier-international-subscription-4-pages.pdf
On connait le rôle de cette ville dans la vie de Fourier, et plus
particulièrement de l'Ecole Militaire où il fut élève et professeur à l'age de seize ans !
Description de cette image, également commentée ci-après

lundi 3 août 2015

Mémoires d'outre-maths ?


L'été, c'est aussi le moment de relire nos écrivains préférés... Y aurait-il un lien entre
le romantique François-René de Chateaubriand et les maths ? Oui, même s'il est assez ténu. On le trouve par exemple
au troisième chapitre du livre II des mémoires d'outre-tombe , consacré à son passage au collège de Dol, en Bretagne.
Résultat de recherche d'images pour "chateaubriand""En arrivant au collège, je fus confié aux soins particuliers de Monsieur
l'abbé Leprince, qui professait la rhétorique et possédait à fond la géométrie... Il se chargea
de m'apprendre mon Bezout.... J'étudiais les mathématiques dans ma chambre, le latin dans la
salle commune".
Bezout ? Le passage obligé à l'époque pour rentrer à l'école des gardes de la Marine (l'école
Navale d'alors). Dans l'édition de 1949, une note détaillée renseigne le lecteur sur ce personnage.
Résultat de recherche d'images pour "etienne bezout mathématicien"
"Etienne Bezout (1733-1795) mathématicien, membre de l'académie des Sciences à 28 ans, nommé en 1763 examinateur des ardes de la marine, publia dès 1764 un Cours de mathématiques à l'usage 
de la marine, de l'artillerie, etc. en six volumes dont les trois premiers furent souvent 
réédités".  

A suivre...

Envie de participer sur votre écrivain préféré et les mathématiques ?  n'hésitez pas à laisser
un commentaire.